Archives de catégorie : publication

Le développement, une affaire d’ONG ? Associations, États et bailleurs dans le monde arabe

Caroline Abu-Sada & Benoît Challand (dir.)

Co-édition Ifpo – IREMAM – Karthala

Paris, 2012

240 p., 240 × 160m

ISBN : 9782811105747

26 €

La plupart des régimes arabes subissent aujourd’hui une pression extrême de leur population. Leur autoritarisme est mis en cause, mais également leur capacité à produire du développement et du bien-être collectif, alors que le chômage, l’insécurité sociale et la pauvreté fragilisent leurs sociétés. Comment les associations de développement, qui se sont multipliées ces dernières années, participent-elles à la nouvelle donne créée par le « printemps arabe » de 2011?

Les auteurs de cet ouvrage cherchent à comprendre les dynamiques qui ont amené des associations très diverses à s’investir de missions qui, pendant plusieurs décennies, avaient incombé aux États. Quels sont en particulier les rapports complexes qui les lient à « la fabrique de l’action publique » dans les pays arabes étudiés (Maroc, Yémen, Liban, Syrie, Jordanie et, dans une moindre mesure, Palestine) ?

Ce livre analyse les relations à géométrie variable que les acteurs associatifs entretiennent avec le politique, la chose publique, le pouvoir étatique et les bailleurs de fonds internationaux. Ses auteurs prêtent attention pour cela aux histoires « réelles » de certains projets de développement, sans céder aux sirènes des théories en usage sur les vertus de la société civile et sans considérer le monde associatif comme un ensemble monolithique.

Caroline Abu-Sada dirige l’unité de recherches de Médecins sans frontières à Genève, parallèlement à ses activités de recherche.

Benoît Challand, auteur d’écrits sur la société civile, est visiting associate professor auprès de la New School for Social Research à New York.

www.ifporient.org/node/1072/

Caroline Abu-Sada & Benoît Challand (dir.)

Co-édition Ifpo – IREMAM – Karthala

Paris, 2012

240 p., 240 × 160m

ISBN : 9782811105747

26 €

La plupart des régimes arabes subissent aujourd’hui une pression extrême de leur population. Leur autoritarisme est mis en cause, mais également leur capacité à produire du développement et du bien-être collectif, alors que le chômage, l’insécurité sociale et la pauvreté fragilisent leurs sociétés. Comment les associations de développement, qui se sont multipliées ces dernières années, participent-elles à la nouvelle donne créée par le « printemps arabe » de 2011?

Les auteurs de cet ouvrage cherchent à comprendre les dynamiques qui ont amené des associations très diverses à s’investir de missions qui, pendant plusieurs décennies, avaient incombé aux États. Quels sont en particulier les rapports complexes qui les lient à « la fabrique de l’action publique » dans les pays arabes étudiés (Maroc, Yémen, Liban, Syrie, Jordanie et, dans une moindre mesure, Palestine) ?

Ce livre analyse les relations à géométrie variable que les acteurs associatifs entretiennent avec le politique, la chose publique, le pouvoir étatique et les bailleurs de fonds internationaux. Ses auteurs prêtent attention pour cela aux histoires « réelles » de certains projets de développement, sans céder aux sirènes des théories en usage sur les vertus de la société civile et sans considérer le monde associatif comme un ensemble monolithique.

Caroline Abu-Sada dirige l’unité de recherches de Médecins sans frontières à Genève, parallèlement à ses activités de recherche.

Benoît Challand, auteur d’écrits sur la société civile, est visiting associate professor auprès de la New School for Social Research à New York.

www.ifporient.org/node/1072/

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains. Exemples marocains, libanais, égyptien et suisse

Lire le texte intégral en libre accès / read full text in Open Access : http://ifpo.revues.org/864

Acheter le livre au format Epub / Buy in Epub format : http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782351592007

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains. Exemples marocains, libanais, égyptien et suisse
Sous la direction de Raffaele Cattedra, Pascal Garret, Catherine Miller et Mercedes Volait

Éditeur : Presses de l’Ifpo / Centre Jacques Berque
Mis en ligne en : juillet 2010
Lieu de parution : Beyrouth / Rabat
Année de parution : 2010
ISBN : 978-2-35159-200-7

Myriam Ababsa, Raqqa : territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2009

Myriam Ababsa Raqqa : territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2009, 363p, 30 euros.
ISBN : 978-2-35159-155-0
Présentation sur le site de l’Ifpo : www.ifporient.org/node/671

Jean-Jacques Thibon, L’œuvre d’Abū ‘Abd al-Raḥmān al-Sulamī (325/937-412/1021) et la formation du soufisme, Damas, Presses de l’Ifpo, 2009

Jean-Jacques Thibon, L’œuvre d’Abū ‘Abd al-Raḥmān al-Sulamī (325/937-412/1021) et la formation du soufisme, Ifpo, Damas, 2009. 649 pages
ISBN 978-2-35159-024-9
Prix : 1000 LS / 30 €
www.ifporient.org/node/672

Vient de paraître : La route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518)

Frédéric Alpi,
La route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518),
Presses de l’Ifpo, Beyrouth, 2010, 540 p. (2 tomes).
ISBN : 978-2-35159-154-3

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’Ifpo : www.ifporient.org/node/618

Acheter le livre sur Amazon | Acheter le livre en PDF

Conférence : Fawaz Baker, Les alphabets, du symbolique au numérique dans la musique, la langue et l’architecture

فواز باقر
أبجديات من الرمزية إلى الرقمية في الموسيقى واللغة والعمارة

من 3800 رمزاً لغوياً وخمس علامات موسيقية في الشرق الأقصى إلى 200 مقام وثمانية وعشرين حرفاً في الشرق الأدنى، وصولاً إلى ثنائية الاختزال الأعلى في الرقمية الحديثة، تستعرض هذه المحاضرة بعض الحلول التي استنبطتها كل مجموعة
حضارية في اللغة والموسيقى والعمارة لإدارة ذاكرتها وإبداعها واختلافها.

الإثنين 5 تشرين الأول 2009
الساعة السادسة والنصف في مقر المعهد في حلب دار حمّاض – حي العقبة

Lundi 5 octobre 2009 à 18h30, à l’Ifpo d’Alep, Dar Hammad – Al-Akaba

Vient de paraître : Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe (Ifpo, 2009)

B. Labaki.

Enseignement surpérieur et marché du travail dans le monde arabe.

Presses de l’Ifpo, avec le concours de Ford Foundation, 2009.

Cet ouvrage, qui est le fruit d’une coopération entre l’Ifpo et la Fondation Ford, examine le décalage existant dans la majorité des pays arabes entre les débouchés de l’enseignement supérieur et les besoins du marché de l’emploi. Sept études de cas sont présentées qui concernent le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban. Toutes soulignent le chômage des diplômés, dont les causes sont multiples et pour partie liées au manque de croissance économique et aux politiques conduites en matière d’enseignement supérieur et de recherche.

Vient de paraître en ligne : Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

Abbès Zouache.

Armées et combats en Syrie (491/1098 – 569/1174). Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes.

Ifpo Damas, 2008.

Texte intégral / Full text : http://ifpo.revues.org/index222.html.

Résumé :

Dès leur arrivée en Syrie, les Francs firent preuve d’une adaptabilité multiforme. Ils intégrèrent des éléments locaux dans leurs armées, palliant ainsi leurs difficultés démographiques, même s’il faut revenir sur l’idée d’une supériorité musulmane systématique. Les armées musulmanes souffrirent longtemps d’un déficit de commandement et ne devinrent cohésives, disciplinées et correctement équipées qu’à partir de Zankī.
La guerre, très présente, s’était alors déjà réglée, au moins en partie. Les coups de main rapides et la guerre de siège constituaient la majorité des affrontements. Les Francs comblèrent leur retard en matière de poliorcétique. Sur les champs de bataille, servis par un équipement lourd de qualité, leurs cavaliers perfectionnèrent leur charge massive et leur technique de la charge lance couchée; les cavaliers turcs, polyvalents, y répondirent par une discipline et une mobilité plus grandes encore.

Vient de paraître : Ces interdits qui nous hantent. Islam, censure, orientalisme. Sadik Jalal Al-Azm

Coédition Ifpo/MMSH/Éditions Parenthèses
Coll. Parcours méditerranéens
Marseille/Aix-en-Provence/Beyrouth, 2008, 186 p.
ISBN : 978-2-86364-155-2
Prix : 22€

Présentation
Sadik Jalal Al-Azm est l’un des grands intellectuels du monde arabe et l’un des plus éminents représentants du courant laïque. Son nom a souvent défrayé la chronique de la censure. L’ouvrage rassemble plusieurs textes.

Le premier relate son parcours autobiographique et son itinéraire intellectuel. Dans le deuxième, l’auteur nous fait part de ses sentiments et réflexions au moment de l’attaque du 11 septembre et examine les réactions du monde arabe face à cet événement. Dans le troisième, Al‑Azm livre une analyse de l’affaire Rushdie sous l’angle des conséquences inattendues de la mondialisation sur les débats intellectuels et la réception de la littérature.

La dernière étude contient une critique argumentée du livre d’Edward Saïd, L’Orientalisme. Al-Azm souligne la tendance de ce dernier à essentialiser l’Occident de la même façon que les orientalistes ont essentialisé l’Orient.

L’auteur

Sadik Jalal Al-Azm est né en 1934 à Damas. Philosophe de formation, il est un spécialiste de Kant et titulaire d’un doctorat de l’université de Yale aux États-Unis sur la philosophie morale d’Henri Bergson (1961).
Il a enseigné dans différentes universités arabes ainsi qu’aux États-Unis, au Japon, en Allemagne et aux Pays-Bas. Ses nombreux écrits (en arabe et en anglais) ont été traduits dans plusieurs langues mais il s’agit ici du premier ouvrage en français.

Textes traduits par Jalel El Gharbi (arabe) et Jean-Pierre Dahdah (anglais), révisés par Franck Mermier et Candice Raymond.

Vient de paraître : Julien Aliquot, Inscriptions grecques et latines de la Syrie (Ifpo, 2008)

Julien Aliquot: Tome 11, Mont Hermon (Liban et Syrie)
Beyrouth, Bibliothèque archéologique et historique, 183, ( Ifpo, Beyrouth, 2008).

Pour commander cette ouvrage écrire à diffusion@ifporient.org

Beyrouth, Presses de l’Ifpo, décembre 2008, 168 p.
Bibliothèque archéologique et historique (BAH), 183
Prix : 40€

Présentation :

Du haut de ses 2814 m, le Mont Hermon (Jabal ech-Cheikh) dresse son imposante masse calcaire entre la côte méditerranéenne et la steppe syrienne. Une réputation ambiguë de sauvagerie et de sacralité s’accroche à ses cimes enneigées depuis l’Antiquité. « On dit qu’il y a au sommet un temple célèbre qui sert au culte des païens, en face de Panéas et du Liban », notait saint Jérôme à l’aube du triomphe de la foi chrétienne. À l’image du Père de l’Église, les voyageurs et les savants européens qui ont gravi les pentes de la montagne depuis le dix-neuvième siècle partaient en quête de souvenirs bibliques. Chemin faisant, ils ont pourtant découvert de nombreux sanctuaires païens de l’époque romaine. Ils ont aussi relevé des inscriptions grecques et latines qui évoquent non seulement les lieux saints, mais aussi les villages de la région. Ces textes constituent un témoignage irremplaçable sur la vie des communautés locales, établies en altitude, sur les marges des territoires civiques de Sidon, Damas et Césarée-Panéas, au cours des trois premiers siècles de l’ère chrétienne. Fruit de prospections épigraphiques effectuées sur les versants libanais et syriens de la montagne, le onzième tome des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS) les réunit et leur ajoute de nombreux inédits, ouvrant la voie à l’étude de la société et des cultes du Mont Hermon sous l’Empire romain.

The Mount Hermon (Jabal esh-Sheikh), 2814 m high, raises its impressive limestone range between the Mediterranean coast and the Syrian steppe. An ambiguous reputation for wildness and holiness hangs on its snowy-capped peak since antiquity. “One says that there is on its summit a famous temple used by the pagans for their cult, facing Paneas and the Lebanon”, as Saint Jerome noticed at the dawn of the triumph of the Christian fate. Following the example of the Church Father, the European travellers and scholars who have climbed the slopes of the mountain since the nineteenth century were seeking biblical souvenirs. Yet, they discovered many pagan sanctuaries of the Roman period on their way. They collected Greek and Latin inscriptions too, which mention not only holy places, but also villages in the region. These texts are an invaluable source of information on the local communities who settled at high altitude, on the margins of the civic territories of Sidon, Damascus and Caesarea-Paneas, during the first three centuries of the Christian era. Resulting from epigraphic surveys on the Lebanese and Syrian sides of the mountain, the eleventh volume of the Inscriptions grecques et latines de la Syrie series (IGLS) collects this documentation for the first time, and adds many unpublished texts to it, opening the way for the study of the society and the cults of Mount Hermon under the Roman Empire.

Du même auteur, sur les religions et les sociétés du Proche-Orient romain / By the same author, on the religions and societies of the Mount Hermon and the Near East :

– « Sanctuaries and Villages on Mt Hermon during the Roman Period », The Variety of Local Religious Life in the Near East in the Hellenistic and Roman Periods, éd. T. Kaizer, Boston et Leiden, E.J. Brill (Religions in the Graeco-Roman World, 164), 2008, p. 73-96.

– La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain, Beyrouth, à paraître aux Presses de l’Ifpo dans la BAH en 2009.