Archives de catégorie : archéologie

Marques lapidaires rondes sur des blocs de basalte

Les marques lapidaires rondes, visibles ici sur les bossages d’économie des blocs de basalte du grand bassin oriental de Bosra (Syrie du Sud) considéré comme peut-être nabatéen, mais sûrement antique, soulignent les difficultés d’interprétation de cette catégorie d’indices: de telles marques lapidaires ont été employées, au Proche-Orient, à toutes les époques de la taille de pierre monumentale, y compris jusqu’au XXe siècle.

Photo: Jean-Claude Bessac (Ifpo, CNRS/MAEE, UMIFRE 6).

Un album “Taille de pierre: étude de marques lapidaires et conservation” est accessible dans la galerie de photos de l’Ifpo sur Flickr.
Cette album sera régulièrement complété par de nouveaux clichés.

Marques lapidaire de contrôle incisées sur des blocs bruts d’extraction

L’étude archéologique des blocs éboulés du temple haut du sanctuaire de Zeus à Jérash (Jordanie) a permis d’observer des marques lapidaires de contrôle incisées sur des blocs bruts d’extraction. Aujourd’hui, l’Ifpo termine l’étude et la consolidation de ce monument.

Photo: Jean-Claude Bessac (Ifpo, CNRS/MAEE, UMIFRE 6).

Un album “Taille de pierre: étude de marques lapidaires et conservation” est accessible dans la galerie de photos de l’Ifpo sur Flickr.
Cette album sera régulièrement complété par de nouveaux clichés.

Traces d’outil de taille de pierre: le marteau grain d’orge oriental (tchâoûtâ)

Parmi divers indices techniques visibles sur les monuments, les traces d’outil de taille de pierre, comme ici le marteau grain d’orge oriental (tchâoûtâ), constituent des marqueurs indispensables à la connaissance de la chronologie et du fonctionnement des anciens chantiers de construction. Cette catégorie de traces est particulièrement prédominante dans les ouvrages défensifs byzantins du VIe siècle, comme les remparts de Halabyya-Zénobia, sur les bords de l’Euphrate, en Syrie.

Photo: Jean-Claude Bessac (Ifpo, CNRS/MAEE, UMIFRE 6).

Un album “Taille de pierre: étude de marques lapidaires et conservation” est accessible dans la galerie de photos de l’Ifpo sur Flickr.
Cette album sera régulièrement complété par de nouveaux clichés.

Mégalithes taillés et édifiés dans le grès dunaire

Au sud de Tartous (Syrie), des mégalithes de plusieurs dizaines de tonnes ont été taillés et édifiés dans le grès dunaire, il y 25 siècles environ, au-dessus des tombeaux creusés dans la même roche locale. Aujourd’hui, l’Ifpo contribue à l’étude de projets de conservation car la roche a vieilli et se fracture, menaçant les visiteurs du site.

Photo: Jean-Claude Bessac (Ifpo, CNRS/MAEE, UMIFRE 6).

Un album « Taille de pierre: étude de marques lapidaires et conservation » est accessible dans la galerie de photos de l’Ifpo sur Flickr.
Cette album sera régulièrement complété par de nouveaux clichés.

Mission de prospection archéologique de la région du Nahr al-Kabir al-Shamali (Syrie, 2007-2008)

L’une des découvertes majeures de la mission de prospection 2008 est la forteresse d’al-Abraj (« les tours ») qui surplombe d’une centaine de mètres la forteresse médiévale connue de Qal‘at al-‘Ido. Deux grandes tours circulaires défendues par des archères ont notamment été mises au jour sous une végétation particulièrement dense. Ces fortifications pourraient avoir été édifiées par les Ayyoubides suite à la conquête de Qal‘at al-‘Ido par Saladin en 1188.

Photo de Benjamin Michaudel.

Un album de la galerie Flickr de L’Ifpo présente ces deux campagnes de missions de prospection archéologiques, menées en 2007 et 2008 et soutenues par l’Ifpo et la DGAMS (Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie).

Le programme prend la forme de prospections archéologiques annuelles sur les sites médiévaux à fonctions civiles, religieuses et militaires, de la vallée du Nahr al-Kabir al-Shamali (région de Lattaquié). L’objectif est de localiser les sites repérés dans les sources narratives et les ouvrages géographiques médiévaux, placés sous la dépendance des principaux sites fortifiés de la région et le cas échéant, d’effectuer des relevés architecturaux mécaniques et/ou topographiques des vestiges conservés en élévation et/ou en plan afin d’établir la nature et l’attribution architecturale des bâtiments conservés.

Les deux premières campagnes ont été exécutées respectivement du 1er au 15 juillet 2007 et du 1er au 17 juin 2008 par une équipe syro-française et ont permis de visiter plus d’une centaine de localités de la muhafaza (gouvernorat) de Lattaquié et de révéler parmi eux une soixantaine de sites archéologiques ayant connu des occupations allant de l’Âge du Bronze à l’époque ottomane. Un ramassage systématique de surface des tessons, des relevés architecturaux et des relevés GPS ont été pratiqués durant ces campagnes afin d’établir des typologies de céramique et d’architecture antique médiévale et de réaliser une carte archéologique de la région.

L’exécution de nouvelles campagnes sur la période 2009-2011 permettra de compléter l’établissement d’une carte précise des sites ruraux médiévaux de l’ensemble de la muhafaza (gouvernorat) de Lattaquié, région convoitée par les Byzantins, les croisés et les musulmans entre le Xe et le XIVe siècle pour son importance stratégique, économique et commerciale.

Le programme archéologique est placé sous la codirection de Jamal Haydar, directeur des Antiquités et des Musées de Lattaquié, et de Benjamin Michaudel, chercheur en archéologie islamique et médiévale à l’Institut français du Proche-Orient.

L’équipe syro-française de la campagne 2008 était composée de:
Benjamin Michaudel (archéologue médiéviste, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, directeur français de la mission)
Julien Aliquot (archéologue, historien et épigraphiste, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient)
Pauline Piraud-Fournet (architecte de l’Institut français du Proche-Orient)
Elodie Vigouroux (archéologue médiéviste, boursière d’aide à la recherche à l’Institut français du Proche-Orient)
Mayssam Youssef (archéologue de la Direction des Antiquités et des Musées de Homs)
Wafa Rostom (archéologue de la Direction des Antiquités et des Musées de Masyaf)
Abdallah Zacharia (directeur du château de Saladin)

Toutes les photos sont de Benjamin Michaudel.

Mission archéologique du Château de Saladin/Sahyun/Saône (Syrie, 2008)

La haute-cour était le cœur de la forteresse médiévale du fait de l’implantation des principaux bâtiments civils, religieux, palatiaux et « industriels » entre le Xe et le XVe siècle.

Photo de Benjamin Michaudel.

Cette photographie est extraite d’un album d’images dédié à la mission archéologique du Château de Saladin/Sahyun/Saône (Syrie, 2008).

La mission archéologique du Château de Saladin/Sahyun/Saône est la deuxième campagne de missions conjointes syro-françaises d’étude topographique et architecturale du Château de Saladin est accessible au sein de la galerie de photos de l’Ifpo. Cette mission a été (initiées en 2007 et soutenues par l’Ifpo, le CNRS et la DGAMS (Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie).

La première campagne s’est déroulée en octobre-novembre 2007 et a notamment permis d’établir un plan topographique complet de la basse-cour occidentale, d’exécuter plusieurs sondages qui ont fourni des informations précieuses sur les occupations successives de la forteresse, en particulier sous les Byzantins et les Mamelouks, d’effectuer une prospection archéologique sur le plateau à l’est du grand fossé qui a révélé un grand nombre de bâtiments, de citernes, de carrières liés à une ville, un faubourg fonctionnant avec le château à l’époque médiévale.

La deuxième campagne a été exécutée entre le 10 octobre et le 12 novembre 2008. Le docteur Jamal Haydar, directeur des Antiquités et des Musées de Lattaquié, en a assuré la direction pour la partie syrienne et Benjamin Michaudel, docteur en Archéologie et chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, en a assuré la direction pour la partie française. Cette deuxième campagne a permis de compléter la documentation topographique et architecturale de la forteresse médiévale grâce à l’utilisation d’un laser-scanner et d’améliorer les connaissances sur les phases de construction et d’occupation du site par l’exécution de six sondages dans des zones clés.

L’équipe franco-belge de la campagne 2008 était composée de :
Benjamin Michaudel, docteur en Archéologie (Université Paris 4), chercheur à l’Ifpo
Cyril Yovitchitch, docteur en Archéologie (Université Paris 4)
Philippe Sablayrolles, géomètre-topographe (Lycée Le Caousou, Toulouse)
Julie Monchamp, doctorante en Archéologie (Université Paris 4), céramologue
Marie Henrion, doctorante en Archéologie (Université Louvain-La-Neuve, Belgique)

L’équipe syrienne de la campagne 2008 était composée de :
docteur Jamal Haydar, directeur des Antiquités et des Musées de Lattaquié
‘Abdallah Zacharia, directeur du Château de Saladin
Mayssam Youssef, archéologue de la Direction des Antiquités et des Musées de Homs
Wafa Rostom, archéologue de la Direction des Antiquités et des Musées de Masyaf.

Le château de Saladin est connu sous trois noms différents : Château de Saladin (son nom actuel et officiel qui lui a été donné dans les années 1950), Château de Saône (le nom que les croisés lui donnaient en référence aux seigneurs de Saône qui le possédaient) et Château de Sahyun (le nom que les musulmans lui donnaient à l’époque médiévale et jusque dans les années 1950).

Toutes les photos de cet album sont de Benjamin Michaudel et sont accessibles au sein de notre galerie de photos

Ifpo (Beyrouth) – Laboratoire de restauration des monnaies et céramiques

Nettoyage mécanique de monnaies en alliage de cuivre, en macrosopie (sous loupe binoculaire), pour dégager la couche superficielle de corrosion de la terre qui peut la recouvrir.

Nettoyage mécanique de monnaies en alliage de cuivre, en macrosopie (sous loupe binoculaire), pour dégager la couche superficielle de corrosion de la terre qui peut la recouvrir.

Bosra, restitution des thermes du centre

Bosra, restitution des thermes du centre, première mise en ligne par l’Ifpo.

Bosra, capitale de la province romaine de Syrie, possède de nombreux vestiges de monuments balnéaires. Les thermes du centre, datés de la période impériale et romaine tardive, gardent les traces de nombreux dispositifs techniques ici restitués (chauffage par le sol et les murs, dispositif de double vitrage, piscines alimentées en eau chaude et froide).
(Dessin Th. Fournet, Ifpo, Damas, « Bosra aux portes de l’Arabie », 2007)